William est un beau brun plein de surprises ! Adopté à 9 mois il s’est toujours senti différent. A 4 ans déjà il veut devenir acteur… Très tôt il fait du théâtre à l’école et a sa petite part de succès. A 14 ans, s’ennuyant dans le cours destiné aux ados, il demande à rejoindre le cours pour adultes. Après une audition il est pris… Ses parents, redoutant qu’il ne laisse tomber les études, lui demandent d’arrêter le théâtre pour penser à un métier plus sérieux et surtout plus sûr. En gentil garçon, il renonce… avec le secret espoir de remonter un jour sur scène.

Portrait de William SimonnetCommence alors le parcours classique d’un jeune homme sérieux et rangé, qui n’ose pas encore s’affirmer de peur de décevoir. Après un bac littéraire et  des études en commerce international puis en communication, il devient commercial pour une grande agence de notation américaine. Après quelques années de bons et loyaux services, il est gentiment remercié. A 27 ans, William rencontre alors une coach qui lui dit qu’il est trop vieux pour devenir acteur ! De nouveau tiraillé entre la passion et la raison, il enchaine alors les boulots plus ou moins marrants. Touche à tout ne se sentant jamais vraiment à sa place, il part bosser à l’étranger. En 2008, en pleine rupture sentimentale et un nouveau licenciement, une amie lui propose un appartement à louer et une autre lui demande ce qui le fait vibrer dans la vie.

 

C’est alors le déclic et le début de sa propre aventure.

En 24h chrono, il rentre à Paris et s’inscrit à l’Actors Studio où il étudie, apprend et décortique pendant 3 ans les rouages et techniques du métier d’acteur. Il enchaine ensuite les figurations dans des films, puis décroche quelques rôles plus conséquents. image009On le voit ainsi en bourgeois dans ‘’A la recherche du temps perdu’’ (Nina Companeez), en prof de sport dans ‘’Camille redouble’’ (Noémie Lvovsky), en ministre de Louis XIV dans l’émission ‘’Secrets d’Histoire : Nicolas Fouquet’’, ou encore en ivrogne dans la série ‘’Main courante’’ (Jean-Marc Thérin). C’est sur un tournage qu’il rencontre Gil Demurger un régleur cascade avec qui il se lie d’amitié et travaille régulièrement. Il devient son nouveau mentor et l’aide à garder cette foi chevillée au corps que ce métier le fera vivre un jour.

Voilà près de 6 ans, que William Simonnet  s’est lancé dans le métier, avec des hauts et des bas, mais avec un optimisme inébranlable. Il adore aussi l’envers du décor, et tous les métiers annexes, le travail en équipe, la déco… c’est pourquoi il fait aussi du « home staging »pour nourrir sa famille.

William, pourquoi ce métier ?

Un menuisier travaille le bois et il a un rapport sensuel à la matière. Le professeur a l’envie et parfois la satisfaction de transmettre un savoir. L’acteur lui, il travaille les émotions, les sentiments et les sensations.

Alors c’est peut-être cette envie de mieux me connaître pour comprendre l’autre et ce goût de théâtraliser la vie qui m’ont amené vers ce métier.

Jouer c’est donner en se donnant. La vie me donne beaucoup et j’ai envie de lui rendre. Mon professeur de l’Actors Studio avait coutume de dire « En art (ciné, peinture, musique…) tout est faux. Sauf l’émotion vraie ». Parce qu’elle est universelle et qu’elle nous touche tous de la même façon. L’acteur dans chacun de ses rôles est amené à dévoiler une part de son intimité et de la mettre au service du personnage qu’il incarne. Au-delà de cette forme d’exhibitionnisme, je veux simplement dire que j’existe et que j’en suis très heureux.

 

L’Actors Studio est pour toi la meilleure formation. Peux-tu nous en dire plus ?

Bad boyToutes les plus grandes stars planétaires sont passées par la méthode de l’Actors Studio qui a fait ses preuves. Il n’y a qu’à voir les récompenses. Bien sûr plusieurs écoles et courants existent : Lee Strasberg, Meisner, Stella Adler, etc…

Mais ce qui fait la force de la méthode, c’est qu’elle ne s’appuie pas sur le paraître et le jeu, mais sur la recherche de l’émotion vraie au travers les sens et les expériences personnelles de chacun.

 

Qu’est ce qui te met dans la gratitude ?

image010J’ai l’optimisme chevillé au corps. Mes croyances, mon histoire, mon vécu m’ont toujours conforté dans l’idée que j’ai la chance d’exister. ‘’Aide toi et le Ciel t’aidera’’. C’est mon credo du lâcher prise car même si le quotidien n’est pas toujours évident, je sais qu’il y a toujours une solution, une porte de sortie que je ne découvre parfois qu’à la dernière minute.

Ainsi, adopté à l’âge de 9 mois en 1974, j’ai pu rencontrer ma mère biologique en 2011 après plusieurs années d’enquête. Ma vie, mon métier me font rencontrer des gens formidables tous les jours. L’important c’est le regard que l’on pose sur l’autre. C’est un cadeau inestimable que la vie vous rend au centuple.

 

Quels conseils peux-tu donner à quelqu’un qui n’ose pas ?

Avec l’âge, le temps s’accélère. Alors ose ou tu vivras avec tes regrets !

De par ma situation personnelle, j’ai longtemps eu peur de décevoir, d’être abandonné. J’ai donc fait ce qu’on attendait de moi. Et puis avec le temps et l’expérience aussi, j’ai compris que pour se sentir à sa place, il faut s’autoriser à être soi-même et à faire ce qu’on aime.

William SimonnetAutrement, comment s’épanouir et se réaliser pleinement si l’on se trouve à l’étroit dans le costume que veut nous faire porter la société ? Un seul mot : Osez ! Lâchez prise !

Il n’y a pas plus agréable que de faire ce pour quoi on est fait. Même si c’est dur. Et tous les métiers du monde sont durs si on veut bien les faire. Mais quelle gratitude quand on regarde le résultat et cette satisfaction du travail accompli.

J’ai fait tous les métiers, de financier à barman, d’ouvrier sur un chantier naval à commercial dans l’aéronautique, de webmaster à responsable marketing dans l’agro-alimentaire, de maître d’hôtel à directeur d’un riad à Marrakech.

Le dénominateur commun : la passion du travail bien fait et l’envie d’apprendre et de découvrir.

Pour en savoir plus : http://www.william-simonnet.com

Quel  beau témoignage de vie et de persévérance !  Qu’est ce qui vous a touché  ?