La journée de la gentillesse

13 novembre 2013 : 5ème journée de la gentillesse initiée par Psychologies Magazine qui met en ligne un dossier  complet sur le sujet. « Le monde devrait remercier cette étonnante cohorte de gens qui font preuve d’une insolente et illogique gentillesse. » écrit Hélène Thomas. En effet la gentillesse est un pari osé !  

Les 7 qualités de la gentillesse sont : l’empathie, la modestie, la patience, la générosité, le respect, la loyauté et la gratitude. 

«Les Français aspirent à plus de gentillesse. Or le principal obstacle est le manque d’estime de soi. Etre à l’écoute des émotions et des besoins d’autrui demande une grande sécurité intérieure», relève le psychiatre Serge Tisseron.

Comment accéder à ce trésor du bien vivre ensemble ?

Dans mon quotidien de jeune maman, je sais que la sécurité affective de mes enfants passe par du temps bienveillant passé ensemble. Des temps de vie simples qui peuvent vous paraître sans intérêt vu de l’extérieur mais qui sont vitaux pour leur construction intérieure. Sans oublier des temps calmes, des temps de pauses où ils peuvent se retrouver avec eux mêmes le plus souvent par la magie du jeu et de l’imaginaire.

Comment voulez vous qu’un enfant de 3 ans qui rentre à l’école maternelle supporte des semaines de presque 50 heures en collectivité ? Trop jeune et épuisé il devient grognon et agressif. Comment apprendre la gentillesse à nos enfants s’ils sont trop sollicités et  trop fatigués ?

La gentillesse est une qualité, car elle permet de se faire des amis, sous réserve de ne pas tout accepter. Les plus grands pourront entendre que nous sommes tous acteurs de notre vie, même si c’est plus facile lorsque l’on est aimé ! La méchanceté a souvent pour origine l’ignorance ou la souffrance.

Mère Teresa disait: « Insistons sur le développement de l’amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert. »

Le cadeau de la résilience

Je suis persuadée que l’homme libre qui a fait la paix avec son passé, et qui connaît la force du pardon, est un homme vraiment capable de gentillesse. Profonde, à l’écoute de lui même et des autres. Il sait que la guérison est possible. Il a fait de ses faiblesses, de son passé douloureux, de sa maladie… une force nouvelle pour mieux vivre aujourd’hui et conduire son destin. Il a su se faire accompagner sur ce chemin.

Car « l’art de naviguer entre les torrents » ce que Boris Cyrulnik appelle la résilience a été largement médiatisé à la suite de son livre « Un merveilleux malheur ». Le succès de cette notion de résilience tient a son message d’espoir. Le malheur n’est pas une destinée, rien n’est irrémédiablement inscrit, on peut toujours s’en sortir !

Marc Chagall, un peintre solaire

Cette aptitude à surmonter les chocs et à transformer sa vie est superbement illustrée par l’histoire de Marc Chagall, un peintre qui m’inspire et dont j’aime les couleurs, la poésie, la liberté et la joie !

Ce grand peintre russe (1887-1985), développe tout au long de sa vie un art atypique et ludique. L’exil marque sa vie toute entière : juif natif de Russie, il s’installe à Paris dans les années 1920, avant de fuir aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale pour finalement revenir en France où il meurt en 1985.

Ses peintures, où les souvenirs douloureux  se mêlent à l’imaginaire, reflètent surtout la richesse de son monde intérieur vibrant, puissant, instinctivement lié à l’enfance. Vous pourrez découvrir son oeuvre dans un musée qui lui est consacré à Nice, ou plus facilement sur le site du musée

Il écrit :

 » Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre,  la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir ! » 

Les petits pas de la bienveillance

Alors si être gentil vous parait une faiblesse, une montagne, une mise en danger, faites des petits pas. De toutes petites actions qui vous mettent en confiance sans vous juger et sans trop vous challenger.

Et vous, quel petit pas faites vous pour aller vers les autres ? 

Soleil au coeur et à demain !