« Be the change you want to see in the world ! » est la fameuse phrase de Gandhi qui me porte depuis si longtemps et que j’essaye de vivre au quotidien. C’est aussi l’élan qui anime l’écologie humaine. Ce week-end se sont tenues les premières assises de ce jeune mouvement prometteur.  J’y étais comme un poisson dans l’eau alors que je connaissais 1 personne sur 750 !

prendre-du-recul

Ces deux journées de débats pour prendre du recul, se former, réfléchir, partager et travailler en petits groupes, aller de découvertes en rencontres ont été inspirantes !

La gratitude attitude se vit là où l’on offre ses talents au monde !

Et chacun en a quelque soit son âge, son parcours professionnel, son milieu. Nous sommes tous interdépendants et avons besoin des autres. Nous pouvons créer du lien social, en allant à la pêche aux bonnes infos, en sortant des sentiers battus, en prenant le temps  !

 Des mots clés pour nous élever

L’ambition est grande, il s’agit d’expérimenter le changement dans son milieu de vie selon la bienveillance, le modéliser pour mieux le promouvoir et le faire partager. Les maitres mots sont:

  • Bienveillance: veiller au bien
  • Commun: construire ensemble
  • Vulnérabilité: consentir à notre interdépendance

Remettre l’homme au centre

Le premier constat du mouvement qui me touche, c’est que nous pouvons nous sentir déposséder de notre humanité tant le monde actuel est complexe et rude. Alors, partons de nous mêmes, de nos forces et de nos fragilités pour y puiser un regard neuf et  trouver des idées nouvelles et respectueuses de tous.

Passer à l’action c’est possible

partagerLe deuxième constat c’est que seul c’est difficile. A plusieurs, on se sent plus vivant, on noue des amitiés, on construit  et on agit ensemble. C’est le rôle des alvéoles qui regroupent une petite dizaine de personnes sur des thématiques aussi diverses que le coworking, l’art et la culture, la souffrance au travail, le monde de la santé ou de l’agriculture.

Mon coup de coeur

Entre tous les stands et les présentations c’est difficile de choisir mais c’est le magazine Debout fondé par Violaine du Châtellier, un magazine beau et plein d’infos utiles pour les personnes vivant dans la précarité !

Que faites vous pour vivre debout et aider les autres à s’épanouir ?