Pour rien au monde nous n’aurions voulu vivre ce vendredi 13, ce vendredi d’horreur et de stupéfaction. Le temps s’est suspendu pour une nuit de massacre et l’aurore est venue comme à son habitude baigner de lumière douce les toits de la capitale. Il est normal d’être traversé par des émotions et des sentiments contradictoires et il est bon de se relever ! Nous le pouvons si nous le décidons chacun à notre rythme. Vous le savez sur ce blog je partage des pistes à notre portée, c’est comme cela que nous pouvons avancer au milieu du chaos pour retrouver force et courage.

En janvier dernier, après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher il m’a fallu une semaine pour écrire un article qui est devenu l’article phare du blog : Passer de la haine à l’amour. Moi qui m’était jurée de ne pas commenter l’actualité, je me suis dit que seule la vie, celle de mon pays et de Paris dans ce qu’elle a de plus magique comme de plus tragique méritait que je continue à chercher des motifs de gratitude pour garder le cap. J’avais mal, j’avais peur, je me sentais si petite, je voulais trouver des pistes ! J’ai traversé ces émotions en les acceptant pleinement et j’ai alors identifié 3 mots, 3 témoignages, 3 auteurs pour retrouver espoir ! Cet article peut toujours vous aider.

épreuves-beauté-etty-hillesum

Transformer la peur

Aujourd’hui un autre danger nous menace, celui de nous enfermer dans la peur. J’ai beau lire et entendre : les français ne font pas d’amalgame, beaucoup se sentent en insécurité. Les élans de soutien, de solidarité, de fraternité sont magnifiques et le sentiment d’impuissance nous étreint. Ces attaques brutales font remonter des peurs profondes. Nous pouvons avoir peur que cela recommence, peur de perdre la vie, peur des religions, peur de perdre nos proches dans un futur plus ou moins lointain et entretenir ces ruminations. C’est une première réaction normale mais nous avons les moyens d’aller plus loin. Nourrir des pensées qui entretiennent la peur nous met inévitablement dans le mal-être sans pour autant nous donner de solution.

Lorsque mon esprit part en vrille, j’applique une méthode toute simple, je me dis:

– Stop : j’en prends conscience
– Respire : je retrouve mon corps, ses sensations
– Transforme : je trouve une phrase positive qui me fait du bien
– Recentre toi : je suis dans le temps présent

– Laisse toi guider : j’accepte de faire confiance à la Vie

« Ce qui sauve, c’est de faire un pas, et encore un pas.  »

Antoine de Saint-Exupéry

Je recommence autant de fois que cela est nécessaire et j’avance. Car ces attentats peuvent nous faire basculer dans la paralysie, dans la violence, dans le « carpe diem » mais aussi dans la recherche de sens. Les grandes questions ressurgissent ! Quel est le but de ma vie ? Comment vivre plus intensément ? Pour qui ? Pourquoi ? Avec qui ?

S’ouvrir aux autres dans le respect des différences

Il y a quelques mois, Marie une jeune journaliste est partie à la rencontre des croyants sur les routes de France pendant neuf mois. Elle était lasse d’entendre dire que « croire était ringard, que les religions étaient responsables de toutes les divisions et de tous les fanatismes ». Son parcours est à découvrir dans un article de Mars 2015 : Sur la route Marie et les croyants . Les 100 portraits écrits par sa plume légère et alerte sont  des pépites, et montrent à quel point nos cultures et nos appartenances religieuses ou philosophiques sont une chance pour le vivre ensemble.

altruisme-égoisme-luther-kingMoi aussi je crois que la diversité culturelle et religieuse de la France est une chance. Je crois que ces actes barbares vont permettre de comprendre que les croyants de toutes confessions, ceux qui n’appartiennent à aucune religion et les agnostiques peuvent se mettre au service les uns des autres dans le respect des différences.

C’est ce que vivent les jeunes de l’association Coexister. En 2009 ce sont trois jeunes un musulman, un juif et un catholique qui se rapprochent pour mieux se connaître et agir ensemble. En 2015, près de 30 groupes locaux existent, on compte 5 salariés, 17 volontaires en service civique, 600 militants et 1800 adhérents qui œuvrent quotidiennement sur le terrain. Leur intuition de base est forte et constructive. Leur devise « Diversité dans la foi, Unité dans l’action » invite à construire l’unité autour de ce qu’ils font en préservant la riche diversité de ce qu’ils croient.

12115454_915978838471942_3243929716894108142_nDans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, ils ont lancé sur les réseaux sociaux le #noussommesunis et font paraître dans Libération le 15 au soir un communiqué de presse qui rassemble responsables associatifs, leaders politiques, intellectuels de toutes confessions apellant à ne pas tomber dans le premier piège tendu par le terrorisme : la division.

Ils ont également proposé #voisinsunis pour inciter les gens à se rencontrer et ne pas rester seuls.

La peur est tout aussi contagieuse que la bonté. Si la paix commence par un sourire, il n’est nul besoin d’appartenir à tel ou tel mouvement pour tendre la main à son voisin, discuter avec le peintre en bâtiment musulman au pied de son immeuble, ou faire l’effort d’aller vers celui qui ne nous ressemble pas. Ces micro-moments d’amour font le lien social jour après jour, ici nous nous retrouvons tous c’est certain !

Notre unité est notre bien le plus précieux. Protégeons-la et donnons lui tout son sens !

Avez-vous d’autres pistes à partager ?