Je fais un rêve, un rêve qui me fait vibrer au plus profond de moi-même dans lequel je me sens connecté à toutes les personnes que j’aime, mes parents, mes amis, …  J’ai fait un rêve qui ressemble à un conte raconté à des enfants et dans lequel les émotions de joie, de plaisir et de partage sont parties intégrantes, dans lequel le mot paix est omniprésent dans les pensées de chacun. C’est un monde dans lequel chacun s’accepte tel qu’il est, avec ses qualités, ses défauts, ses forces, ses faiblesses …

Un monde dans lequel chacun considère chaque être comme sa mère, son père, sa sœur, son frère … Un monde dans lequel chacun écoute son prochain et aide l’autre à réaliser ses rêves. Imaginez un instant la puissance et l’énergie d’un tel monde dans lequel chacun participe à la réalisation du rêve de l’autre … Un monde peut-être idéal pour certain, irréel pour d’autres, mais je sais que ce monde existe déjà en moi, qu’il existe en chacun d’entres nous… Je donne le meilleur de moi-même pour faire exister ce monde. Il suffit de le décider et je décide que ce monde que je dessine en moi et que j’affine de jour en jour existe déjà. C’est déjà ma réalité !

rêve-de-cédricLorsque je me connecte à ce rêve, je sens en moi monter une gratitude immense, une douce chaleur qui se diffuse dans chacune de mes cellules. Des larmes de gratitude viennent alors alimenter ce lac d’amour qui va bien au-delà de ma personne elle-même. Une joie immense prend possession de moi et je me sens dans un état de sérénité que j’aime de plus en plus.

Je m’appelle Cédric Taillon, je suis manager depuis 15 ans et j’ai une passion depuis enfant : Le théâtre.

Je me suis construit avec cette idée de partage et d’amour pour soi et pour les autres. Manager ou être metteur en scène c’est quoi ? C’est partager des expériences avant tout, c’est construire sa propre vie autour de projets, d’objectifs et inviter les autres à en faire de même. Je me sens exister pleinement dans mes domaines d’activités.

J’ai commencé le théâtre à l’âge de 10 ans. Je rêvais déjà de faire ma vie à Paris et de devenir comédien. L’idée de m’amuser en permanence, de rester avec mon âme d’enfant m’emballe et m’a toujours excité. A chaque fois que je goûte à la scène, que je partage des expériences nourrissantes, je me sens connecté à ma raison d’exister.

Je me souviens de ma première fois sur scène. En fait, je me souviens de ce grand vide, de cette peur dynamisante qui m’a fait aller de l’avant. C’était lors d’une représentation devant un public restreint mais avec des officiels comme le préfet, le maire, le député. Mais à l’époque, je n’avais pas conscience du rang des personnes qui étaient devant moi et je me suis donné à fond sans réellement savoir ce que je faisais ou disais.

Je me revois arriver dans ce lieu, à la Préfecture, un jour de semaine pendant l’école avec mes 3 camarades de jeu. Le cœur s’emballe. Je suis sur un petit nuage de coton. Le lieu m’impressionne avec ces grands murs blancs, ce plafond haut. Je monte un escalier en haut duquel des hôtes d’accueil nous attendent. Nous patientons dans une pièce. La tension est palpable dans le corps de ces 4 comédiens en herbe. Nous restons debout. Puis, le moment arrive, nous entrons dans le bureau du Préfet. La trentaine de spectateurs est devant nous, debout, à l’écoute dans le silence. Je sens les regards sur moi et j’ai compris que c’est le début de notre prestation. Nous voilà lancé dans notre jeu et échanges de répliques. Notre prestation dure seulement quelques minutes mais mon impression est tout autre. Le temps s’arrête. Les images, les sons, mes pensées, mon ressenti, tout est en arrêt. Je ne sens plus mon corps et mon cœur battre. Et pourtant, je poursuis comme si je suis transporté par une force qui me dépasse. Je parle. Je n’entends pas ce que je dis et ce que mes camarades me disent. Pourtant, tout se déroule comme prévu. C’est la dernière réplique. Les applaudissements sont nourris. C’est à ce moment là que j’ai compris que j’aimais la scène, que j’aimais partager les moments d’avant la représentation, le travail avec les comédiens. A ce moment là, j’ai ressenti de la fierté. Je suis fier de moi, de m’être surpassé. Je me suis découvert ce jour là.

Ce souvenir reste marqué en moi. Quand je repense à ce moment, je me sens porté par ma passion. Je repense à mes rêves de l’époque et à mon souhait de devenir comédien. Cet événement est le moteur et point de départ de mon envie de renouveler l’expérience et de jouer et de partager ma passion : le théâtre. A chaque fois que je me reconnecte à ce moment, à mes rêves, je sens en moi monter la folle envie de revivre de nouvelles expériences, je sens l’enthousiasme vécu remonter en moi et je n’ai qu’une envie … passer de nouveau à l’action !

Puis, avec mes quelques années d’expériences en tant que comédien, metteur en scène, dans différentes compagnies, je me suis dirigé, en parallèle de ma passion qui m’anime toujours autant, vers le métier de manager que j’exerce encore aujourd’hui. Je retrouve dans ce métier le sens du partage qui m’anime. Je trouve également beaucoup de points communs avec la mise en scène.

Car manager, c’est quoi ? C’est, comme au théâtre, partager la même vision, se fixer des objectifs et tout mettre en œuvre pour les réaliser. Egalement, c’est faire en sorte que chaque individu puisse s’épanouir, se trouver grandi par de nouvelles expériences.

En réalisant ce métier, je me connecte un peu plus chaque jour à mon rêve qui me fait vibrer au plus profond de moi. Je sais que je participe, à ma manière et à mon niveau, à un monde meilleur.

rêve-saint-éxupéryAujourd’hui, je me connecte encore un peu plus à ma mission de vie et à ce rêve en prenant la décision de transmettre mes expériences lors de stages que je nomme stage « théâttitude ».

J’utilise cet art extraordinaire qu’est le théâtre pour inviter chacun à se reconnecter à ses rêves, à acquérir de nouvelles attitudes bénéfiques pour soi et les autres, pour mieux gérer son aisance relationnelle et pour améliorer sa relation à son propre corps et à l’espace. Ces stages s’adressent à toutes les personnes qui exercent une activité artistique ou qui ont un rêve et qui souhaite le voir devenir réalité. Pourquoi se reconnecter à ses propres rêves ? Je vois me concernant la puissance de mes rêves. Je constate à quel point mes rêves sont moteur dans ma vie. Je souhaite inviter les personnes qui m’entourent à rester connecté à ses propres rêves pour se réaliser pleinement dans sa vie.

Je me souviens, il y a 10 ans je suis arrivé sur Paris pour faire les Cours Florent puis j’ai monté ma propre compagnie de théâtre. J’avais la tête dans le guidon tellement j’étais pris par l’activité. Je sais aujourd’hui qu’une personne extérieure aurait été la bienvenue pour m’aider à garder le cap, pour m’aider à maintenir un niveau d’énergie nécessaire pour aller plus vite vers mes objectifs. Je suis fier du chemin que j’ai fait. Aujourd’hui, je prends conscience de l’importance de l’accompagnement d’une tierce personne pour se connecter encore plus rapidement à ses propres rêves et ainsi se réaliser pleinement plus rapidement.

C’est la raison pour laquelle je propose ses stages et à terme d’accompagner des personnes dans leurs démarches artistiques et les aider sur le chemin de la réalisation de leurs propres rêves.

Mon but est d’inviter chacun à se reconnecter à ses propres rêves et de faire que chacun de nos rêves deviennent un peu plus une réalité chaque jour. Je crois que nous avons la responsabilité aujourd’hui de nous reconnecter pour construire la vie de nos rêves !

Plus d’informations sur les stages « théâttitude » : www.cedrictaillon.fr

Un immense merci  pour ce magnifique partage !

Que vous inspire le parcours de Cédric ?